La revanche de l’épouvanteur: fin d’une saga jeunesse influente

268

Ce 22 février paraissait « la revanche de l’épouvanteur », dernier tome d’une saga écrite par Joseph Delaney. Une réelle clôture de l’histoire ? Pas si sure.

couverture du dernier tome. (Damman Simon via smartphone)

La saga de l’épouvanteur est une série jeunesse écrite par Joseph Delaney, publiée aux éditions Bayard Jeunesse depuis 2004. Déclinée en 13 volumes, elle  propose de suivre les aventures de Tom Ward, un simple fermier qui se lance dans la formation d’épouvanteur auprès de John Gregory, maître de cette profession.

Contexte de l’histoire

Cette fois, nous y sommes. Halloween est proche et avec lui, le retour du malin sur le comté. Toutes les sorcières de la région doivent se rassembler à la pierre des Ward pour accomplir un rituel qui redonnera au diable sa toute puissance et qui déchainera le malheur sur les habitants de la région. Tom Ward et John Gregory n’ont plus le choix. Ils doivent à tout prix empêcher les sorcières des environs d’invoquer le malin. Si celui-ci venait a se libérer, il plongerait le comté dans une époque sombre et douloureuse.

Un héros qui prend ses aises

Dès les premières lignes, nous retrouvons les héros qui ont accompagné toute cette histoire au grand complet. Thomas Ward s’est assagit et s’apprête à agir en tant qu’épouvanteur et non plus comme son apprenti. C’est là un premier point intéressant de l’histoire et qui change du reste des livres. Si l’on a vu Tom Ward décrit tout au long de l’aventure comme étant le simple apprenti de l’épouvanteur, Joseph Delaney lui confie ici plus de responsabilités qu’il n’en a jamais eues. John Gregory se fait vieux, les temps changent et le scénario se complexifie. De plus, chaque décision qui a été prise ainsi que chaque acte qui ont été posés par le héros, trouve des répercussions dans la fin de cette aventure. Delaney manie son scénario de main de maitre et n’omet aucun détail. Il va même jusqu’à donné une signification à « la pierre des Ward » qui fait son apparition dans le tome 1 sous la forme d’une prophétie dont on ne comprend alors pas la signification. Si le personnage principal est mis en valeur dans son évolution, c’est également le cas des personnages secondaires qui l’accompagne dans  sa quête. Nous retrouvons par exemple Alice, qui accompagne Tom tout le long des volumes, mais qui sombre de plus en plus vers l’obscur, d’où proviennent les ennemis de Tom. La relation des personnages est très bien travaillée et s’envenime progressivement au fil du récit.

Un style d’écriture simple…parfois trop

Delaney possède des qualités d’écriture évidentes et réussi à partager avec son public un univers bien à lui, riche et passionnant. Toutefois,  On a trop souvent tendance à se rappeler que nous sommes en littérature jeunesse et que par conséquent le vocabulaire y est un peu simpliste et fort peu recherché. Ne vous attendez donc pas à vous gargariser de belles formules et de vocabulaire riche. Il s’agit avant tout d’une saga jeunesse et c’est bien dans cette voie que s’engage l’ouvrage. Malgré tout, Delaney parvient aussi a toucher le cœur des plus âgés qui aiment se plonger dans des univers fantastiques, sans devoir subir la lourdeur et les longues descriptions d’un Tolkien. Ici, le lecteur a sa dose de contrée imaginaire et d’une région somme toute simpliste mais également riche. Au fil de l’aventure de notre héros,  nous rencontrons une série de créatures magiques telles sorcières, gobelins, fantômes… Pour clôturer cette superbe saga, Delaney donne encore plus de pouvoir et d’importance à un personnage inclut dans l’histoire depuis le tome 4, le diable. Il est en effet le chef de l’obscur et prend cette fois-ci un rôle qui pourrait sceller à jamais le destin des héros ainsi que celui de l’humanité. Encore une fois, si les caractéristiques du diable sont bien décrites et retranscrites au sein du livre, on regrette un léger manque de détails et descriptions qui sont trop souvent occultées à tort pour accélérer la lecture.

Une bonne surprise au final

« La revanche de l’épouvanteur » reste un livre agréable. Il permet aux fans de la série de retrouver une dernière fois Tom Ward et ses compagnons pour une quête finale qui mettra fin à tous leurs déboires. Joseph Delaney ne trompe pas son lectorat et termine sa saga d’une manière logique, peut-être même un poil prévisible. Il parvient malgré tout à nous embarquer dans son univers avec brio et si l’on pourrait penser que la série est un peu longuette,  à la lecture on peut se rendre compte aisément des raisons qui ont poussé l’auteur à écrire autant de livres. Un dernier petit bémol : on reste légèrement sur sa faim et il est difficile d’imaginer que tout est bien finit. Une saga qui vaut le détour pour celles et ceux qui ont encore envie de rêver un peu.