Rock System festival, rencontre avec l’organisateur Boris Engels

119

Le 22 avril prochain, le Rock System Festival enflammera la ferme du Biéreau à Louvain-La-Neuve pour la 4e fois. Un festival organisé de toute pièce par un étudiant de 22 ans: Boris Engels. Nous l’avons rencontré pour vous !

Le Rock System festival, c’est quoi?

« Le Rock Système a pour but de faire découvrir des artistes qui sont hyper professionnels, mais pas encore connus du public. Chercher les perles ici en Belgique pour les programmer dans une seule soirée dans un cadre professionnel. »

Qu’est-ce qui fait qu’on décide de lancer un festival ?

« Moi à la base je suis musicien. Je faisais partie de groupes qui m’ont emmené sur des scènes incroyables! J’ai fait pas mal de chouettes concerts, mais bon: pour un concert de malade, j’en faisais 15 dans des cafés partout en Belgique. Je me suis rendu compte que dans tous ces concerts de cafés, très souvent, les groupes qui jouaient avant nous ou après nous c’était des trucs de malade! Des groupes qui devraient être sur la scène de Werchter et pas en train de jouer pour 3 pelés au fin fond de la Flandre. Je me suis dit du coup que j’allais le faire moi-même: j’allais organiser un festival qui est pro du côté artiste, de l’organisation et qu’il y ait des gens qui viennent les écouter. »

Le festival était d’abord centré sur la découverte et les artistes belges, mais depuis 2 ans tu programmes aussi des groupes internationaux.

« À la base, c’était vraiment des groupes de potes que je croisais dans des cafés et très vite, dès la deuxième édition, ça s’est transformé ! Ça a commencé par Heymoonshaker, qui cartonne, puis maintenant Talisco. Je prenais une tête d’affiche un peu plus connue, puis deux, puis trois, et maintenant on est quasiment à 4 têtes d’affiche. Donc au final ça devient de moins en moins un festival de découverte, mais vraiment un festival « venez prendre une claque au rock system parce qu’il y a que des put* de groupes ! ». »

C’est quoi le plus difficile finalement quand on organise un festival ?

« Le quotidien c’est vraiment : je passe 10 mois complets à organiser le festival et ça comprend 2 mois à rameuter du monde. C’est vraiment compliqué de convaincre les gens. Même en ayant sur papier la soirée la plus dingue de l’année les gens ne se bougent pas ! Je suis obligé de passer 2 mois complets à téléphoner, voir des gens, je suis aussi le mec qui porte des t-shirts Rock System qui est dans Louvain-La-Neuve à donner des flyers. C’est le côté le plus pénible et le plus frustrant de se dire que tout ce que tu fais est vraiment pensé au détail, mais finalement c’est le truc le plus volatile qui va déterminer si ça va marcher ou pas; c’est la présence des gens ! »

Tu étais étudiant, organisateur de festival à tes heures perdues, mais tu as encore une autre casquette : celle de l’agent ?

« Depuis la deuxième édition, j’avais programmé un groupe qui s’appelle Konoba qui était venu jouer. À l’époque je ne les connaissais pas du tout. C’était mon attaché presse qui m’avait dit : « franchement, prends-les ça va être cool ! ». Ils sont venus; j’ai adoré le concert et ils ont adoré ma manière d’organiser le truc. Vu qu’ils étaient à la recherche de quelqu’un à ce moment-là, ils m’ont proposé de devenir manager du projet. Je n’avais jamais fait ça de ma vie et j’ai dit oui! Ça va faire 2 ans que je bosse avec eux et le projet a complètement explosé ! On a des millions de vues et on fait des tournées un peu partout en Europe ! Ce qui est chouette c’est que je suis de nouveau en train de faire des concerts partout, mais en tant que manager. Konoba c’est un projet qui évolue plus vite que moi. Ça m’oblige à me surpasser en permanence. Je dois sortir de ma zone de confort pour apprendre, me mettre en danger pour aller plus loin. »

Est-ce que tu dors parfois ?

« Non jamais, d’où les cernes, je n’en peux plus (rires). »

De qui décide-t-on de s’entourer pour organiser un festival? 

« Mon équipe c’est des jeunes dynamiques qui sont pros dans le sens qu’ils font bien leur travail, mais pas professionnels dans le sens qu’ils ne vivent pas de ça. Le deal c’est : je vous donne l’opportunité de faire partie d’une chouette équipe avec laquelle on se marre bien et en contrepartie, le jour où le projet explosera, je m’engage à ne pas aller voir ailleurs pour des gens plus pros qu’eux. Ils ont grandi avec le projet, c’est une cohésion d’équipe et une envie tous ensemble de créer un projet commun; comme une petite famille. »

Quels sont tes projets pour la suite de Rock System ?

«  Je voudrais faire une 5e édition qui durerait 2 jours. Je voudrais reprendre uniquement des groupes qui sont venus jouer sur d’autres éditions et reprendre toutes les têtes d’affiche ! Ca serait un festival de têtes d’affiche avec Talisco, Heymoonshaker, Ulysse, Konoba bien sûr, et tous les groupes que je manage et faire un put* d’énorme weekend de la mort qui tue. »

Bref, vous l’aurez compris, il va falloir aller au festival ! Le line-up de cette année est loin de la découverte des premières éditions puisqu’il y aura le français Talisco et les Belges ULYSSE et BRNS comme têtes d’affiche. Des groupes un peu moins connus viendront compléter cette soirée : In Lakesh, Alpes et TOTM. On vous donne donc rendez-vous à la ferme du Biéreau le 22 avril pour une soirée incroyable ! Si vous venez de Bruxelles: pas d’excuses vu que c’est accessible en train. Un festival qui commence à 16H et qui se termine en after party à partir de minuit au Dude Bar avec les artistes.

Où ? Avenue du Jardin Botanique, Ottignies-Louvain-la-Neuve 1348

Quand ? Le 22 Avril

Prix ? 15 euros en prévente / 19 euros sur place

Réservation : https://www.weezevent.com/rock-system-festival-purple-edition

La playlist vous fait découvrir les chansons les plus connues des groupes de cette année, vous en reconnaitrez surement plus d’une!